Au moins 20 journalistes blessé(e)s et un arrêté dans la nuit du vendredi en Catalogne

19/10/19 a les 6:10 pm

Le Grup de Periodistes Ramon Barnils (Groupe de Journalistes Ramon Barnils) dénonce les actions intolérables du Cuerpo Nacional de Policia et des Mossos d’Esquadra (Police autonomique catalane) et demande la démission de leurs responsables.

L’Observatoire Critique des Moyens de Communication Mèdia.cat comptabilise pour ce vendredi: 14 journalistes blessés par la police, 1 par des manifestants d’extrême droite et 5 autres dont l’auteur n’est pas determiné (20 au total), ce qui fait monter le chiffre à 58 journalistes blessés depuis lundi.

Barcelona, 19 octobre 2019. Le Groupe de Journalistes Ramon Barnils (www.grupbarnils.cat), entité sans but lucratif créée en 2001 et formée par 200 journalistes catalans dénonce les actuations intolérables de la Policia Nacional et des Mossos d’Esquadra qui ont agressé et arrêté des journalistes. La situation a été particulièrement grave le soir, et dans la nuit du vendredi 18 octobre, lors des mobilisations pour la grève générale. Mais les interventions abusives des forces de l’ordre et les agressions à des journalistes se répètent de manière inquiétante depuis le lundi 14 octobre, une fois que l’arrêt de la Cour suprême qui a condamné neuf dirigeants indépendantistes est tombé.

Des dizaines de manifestants on été victimes de pratiques policières qui sont contraires aux protocoles établis. Parmi eux, des journalistes blessés et arrêtés (la plupart visiblement identifiables par leurs brassards et/ou gilets). Certains affectés affirment que la police, en les agressant, les a ignoré quand ils disaient qu’ils étaient membres de la presse et n’a pas tenu compte de leurs identifications. D’autres expliquent que les agents les ont attaqué pour les empêcher de continuer d’enregistrer. Le nombre absolument inouï d’agressions sur des journalistes ce vendredi et l’arrêt d’un photographe font penser qu’il y a une intention délibérée contre les informateurs. Ce qui est certain, c’est que nous avons vécu une attaque sans précédents au droit d’information.

C’est pour cela que le Groupe Barnils exige la démission des responsables politiques des différents corps policiers : le Conseiller de l’Intérieur de la Generalitat de Catalunya, Miquel Buch, et le Ministre de l’Intérieur en fonctions du gouvernement espagnol, Fernando Grande-Marlaska.

Mèdia.cat (www.media.cat), l’Observatoire Critique des Moyens de Communication issu du Groupe Barnils, a pu recenser 20 journalistes blessés dans la nuit de vendredi et 38 autres entre lundi et jeudi. En attendant d’avoir plus d’information sur chaque cas et de nouvelles données qui pourraient surgir, nous mettons cette information à la disposition des journalistes, des moyens de communication, d’organisations et institutions qui défendent les Droits de l’Homme à échelle nationale et internationale (voir chiffres et liens ci-dessous) pour qu’ils puissent transmettre ces atteintes au droit à l’information.

L’Observatori Mèdia.cat, créé en 2009, offre une analyse critique des moyens de communication de masses, recherche et publie des sujets mis sous silence ou censurés et répertorie et dénonce les vulnérations et restrictions d’information et d’expression. Le “Mapa de la Censura” (www.media.cat/mapacensura), un projet qui répertorie depuis 2015 les agressions sur des journalistes et d’autres formes de censure a été reconnu parmi 400 candidatures du monde entier au prix premis “Freedom of Expression 2018” de l’organisation internationale Index on Censorship, pour sa tache dans la défense de la liberté d’expression.

Chiffres de journalistes agressés

Bilan (provisoire) nuit du vendredi 18 au samedi:

20 journalistes blessé(e)s et 1 détenu à Barcelona, Girona et València

Au moins (on n’écarte pas la possibilité de recevoir de nouveaux cas):

  • Journalistes blessé(e)s par la police (CNP/Mossos), par matraque, impact de bales de gomme, etc: 14 (13 à Barcelona et 1 à Girona)
  • Journalistes agressés par manifestants d’extrême droite: 1 (València)
  • Journalistes agressé(e)s sans qu’on en connaisse l’auteur: 5 (Barcelona)
  • Journalistes détenu: 1 (Barcelona)
  • Journalistes affectés par des gazes lacrymogènes : nombre indéterminé.

Bilan (provisoire) du 14 au 18 octobre:

Lundi, 14 octobre: 12 journalistes blessé(e)s
Mardi, 15 octobre: 11 journalistes blessé(e)s
Mercredi, 16 octobre: 13 journalistes blessé(e)s
Jeudi, 17 octobre: 2 journalistes blessé(e)s
Vendredi, 18 octobre: 20 journalistes blessé(e)s

Total (lundi-vendredi): 58 journalistes agressés en Catalogne (sauf un cas à València)

Plus d’information sur les cas répertoriés sur le site web de Mèdia.cat: https://www.media.cat/2019/10/16/recompte-agressions-periodistes-protestes-sentencia/